Il est vrai que le RGPD est une nécessité actuellement, sachant que les entreprises et les administrations possèdent des données personnelles par millions, et que le bon usage et traitement de ces dernières manquait d’encadrement. La loi informatique et libertés ne peut décemment plus suffire pour être en phase avec les besoins actuels, puisque le numérique induit une circulation plus intense encore de données à caractère personnel.

Les entreprises vont donc devoir se mettre à la page, et ce rapidement, car le RGPD entre en vigueur au 25 mai 2018. La loi ayant été votée et appliquée en mai 2016, deux années ont été prévues pour que les chefs d’entreprise soient en mesure de gérer ces changements profonds au sein de leur établissement. Il faudra donc se mettre en conformité le plus rapidement possible avec le RGPD, sous peine de sanctions financières graves, qui pourraient véritablement entraver le bon fonctionnement de votre entreprise.

Comment appliquer le RGPD efficacement et rapidement ?

Le règlement général sur la protection des données est plutôt sévère, et il impose ainsi aux entreprises de se montrer très rigoureux quant au traitement de ces données. Dès que les données sont recueillies, celles-ci devront être protégées comme il se doit, et les salariés de l’entreprise devront eux aussi oeuvrer dans ce sens. Des formations devront donc être dispensées au sein de votre entreprise, afin que tous les collaborateurs soient sensibilisés à ces problèmes.

Un registre précis devra être tenu au quotidien, en évoquant les opérations de traitements des données prévus, ou en cours. Qui plus est, une analyse d’impact sur la vie privée doit être également effectuée, lorsque des données sensibles sont récoltées. Cette analyse doit figurer dans votre registre interne des traitements. Ce dernier pourra être demandé à tout moment par le CNIL en cas de besoin de contrôle.

Il est donc très important de le tenir à jour comme il se doit. La manière dont vous récoltez vos données est également une notion importante, et il faudra avertir comme il se doit les personnes concernées, citoyens européens donc, avant toute chose. On ne pourra plus demander des informations sans justification. Les données ne pourront pas être conservées éternellement, et celles-ci devront être effacées après leur traitement. De ce fait, les risques de fuite sont moins importants.

Le RGPD inclut également un droit de regard plus important et plus direct de chacun sur les données personnelles. Il faudra donc permettre aux personnes concernées de pouvoir vérifier les données, et de demander un effacement si cela est demandé. Les entreprises auront un délai de 2 mois pour y procéder, au maximum.

Pour appliquer toutes ces différentes mesures, il peut être nécessaire de faire réaliser un audit, ou de s’en remettre à des professionnels du RGPD, qui pourront vous aider à y voir plus clair et à mettre en place les mesures nécessaires pour respecter ces nouvelles dispositions légales. Cet investissement est souvent nécessaire.